Réussir sa reconversion

La reconversion des sportifs de haut-niveau tout comme celle d’un salarié est un vrai sujet qui demande un accompagnement de qualité et des conseils avisés (pour être passé par là).

En ce qui concerne le haut-niveau, la fin de carrière n’est pas une petite mort mais une redéfinition du projet de vie qui est tout aussi important que celui d’une carrière sportive. Le projet (ou objectif) qui suit permet de se reconstruire et de lâcher la main du passé, de la même façon que le champion se projette vers l’objectif suivant une fois qu’il est descendu du podium. Lors de sa « deuxième vie », le sport peut devenir alors un sujet de bien-être et de performance au travail pour atteindre cette fois des objectifs … professionnels. Dans tous les cas (carrière sportive ou carrière professionnelle), nous sommes en constante reconversion. La qualité du sportif de haut-niveau n’est-elle pas la capacité à s’adapter? Pour ma part, je suis ravi d’accompagner certains(es) sportifs(ves) de haut-niveau vers un avenir professionnel épanoui comme j’ai pu le vivre au travers de mes nombreuses reconversions.

J’ai été été Judoka en équipe de France dans les années 80-90, puis pilote Motocycliste de haut-niveau, puis les deux tout en devenant champion d’Europe de judo en 1992. Une fois ma double carrière terminée, je suis devenu entraîneur national … de judo en 1996. Je deviens ensuite directeur de l’équipe de France juniors, puis seniors et entraîneur particulier de Teddy RINER jusqu’au Jeux Olympiques de Londres. Je me suis ensuite intéressé aux sport professionnels. Je suis devenu entraîneur particulier de Romain GROSJEAN pour Lotus F1 Team (aujourd’hui Renault F1 Team), coach pour les attaquants du LOSC Football, coach de l’équipe de France de Dressage (FF Equitation) pour les Jeux Équestres Mondiaux, Entraîneur de judo pour la Mongolie, pour le Japon, pour la Suède et occasionnellement pour le Danemark. J’ai également pris en charge la préparation physique de l’Equipe de France de Patinage Artistique pendant 4 ans tout en étant coach de pilotes MotoGP comme Louis Rossi ou Jules Danilo).

Fort de ces expériences, je me suis demandé pourquoi les champions avaient droit à un coach de haut-niveau et pourquoi les personnes qui en sont éloignés n’en auraient pas un?

Après avoir été référent du sport-santé en Ile de France durant 5 ans, j’ai décidé de démissionner de la fonction publique pour faire bénéficier les salariés et les publics éloignés, de l’excellence du sport de haut-niveau au travers d’ateliers de sport de grande qualité. Grâce à des coaches de haut-niveau, j’obtiens ainsi de la cohésion, du bien-être et de la santé au travail par la prévention des troubles grâce au sport. Je suis devenu en quelques sortes entraîneur national des « gens ordinaires ».

J’ai décidé ensuite de créer PASS’SPORT POUR l’EMPLOI avec le chef Thierry MARX. Pass’Sport Pour l’Emploi est une école qui permet à des publics éloignées de l’emploi qui sont en rupture avec le système éducatif, d’obtenir un avenir professionnel. Avec mon équipe, j’obtient 100% de retour à l’emploi grâce au sport et à ses valeurs pour des métiers qui n’ont rien à voir avec … le sport. Ce dernier devient ainsi un levier essentiel mais aussi un révélateur de compétences pour des personnes qui pensaient ne plus être faites pour l’emploi.

Dans ce parcours, je retiens trois règles qui se sont imposées à moi dès le 4 Août 2012, le jour de la médaille d’or de Teddy RINER et mes derniers instants auprès de l’équipe de France: ne pas être guidé par l’argent, devenir si possible autonome dans ses projets et se rendre utile auprès de la société dans l’intérêt général. Le retour à l’emploi de jeunes qui en sont éloignés, le bonheur que je crée auprès des collaborateurs en entreprise sont, pour moi, autant de médailles d’or.

Ma vie est une succession de passions; je suis et j’ai toujours été un homme libre. L’entreprise Sport Management System que je dirige aujourd’hui, est un outil à impact social formidable qui permet de mettre en place ces projets. J’ai découvert que l’entrepreneuriat est le moyen le plus puissant pour agir sur la société. Un problème rencontré permet toujours de trouver de nouvelles solutions; il n’y a pas de créativité sans la contrainte. Ainsi j’ai réussi à retirer tous les freins de la pratique sportive qu’elle se déroule en entreprise, dans les quartiers prioritaires ou dans les zones rurales. Cela a pu se faire en partie grâce au nouveau dispositif: le Shizen Sport-Truck . Il s’agit du premier « Terrain de Sport Mobile » qui permet de rendre la pratique sportive accessible à tous et permet tous types d’activités sportives. Le mariage de l’intérêt collectif et de l’efficience de l’entreprise m’emmènent à rester dans cette trajectoire pour quelques temps.

Conclusion: « Décider c’est gagner «